Vous êtes ici

070124_CE_INTRANET_.pdf-html.html

070124_CE_INTRANET_.pdf-html.html

background image

 

 

 

 
 
            COMITE  D’ETABLISSEMENT

                      

LES MUREAUX

 

_________________________________________________________________________________________ 

 
 

 
 
 
 

Les Mureaux, le 28 mars 2007 

 

 

 
 
 
 
 
 

PROCES-VERBAL DE LA REUNION PLENIERE 

 

 

DU COMITE D'ETABLISSEMENT 

 

 

DU MERCREDI 24 JANVIER 2007 

 
 
 
 
 
 

************ 

 
 

N° 01/07 

 
 
 

************ 

 

 

 
 
 

070124_CE_INTRANET_.pdf-html.html

background image

 

 
 
 

PROCES-VERBAL DE LA REUNION PLENIERE 

DU COMITE D'ETABLISSEMENT DU MERCREDI 24 JANVIER 2007

 

 
 
 

Sous la présidence de Monsieur de BADTS, assisté de Monsieur ROZAT, en présence de 
Madame GRAPINET, secrétariat CE. 
 
 
 

 

 

 

TITULAIRES 

 

SUPPLEANTS 

1er COLLEGE 

 

 

 

 

 

 

 

ENTENTE M. FOUQUE 

Alexandre 

X M. 

LE-FOLL 

Laurent 

 

FO - CFTC 

 

 

 

 

 

 

2ème COLLEGE 

 

 

 

 

 

 

 C. F. D. T. 

M. 

RACINE 

Gilles 

M.  LE-BRIS 

Gilles 

 ENTENTE 

FO-CFTC- 

M. ALTAZIN 

Patrick 

Mme

MARTIN Martine 

 CGC M. 

LECAILLE 

Jean-Marc 

EXC 

M. 

DELAMARRE Bruno 

 

 

 

 

3ème COLLEGE 

 

 

 

 

 

 

 C. F. D. T. 

M. 

BOURGUIGNO

Jacques X 

M. 

LAISNEY  Jean-Michel 

  M. 

RUELLAN 

Patrice 

M. 

BERTRAND 

Dominique 

EXC 

 

ENTENTE M. HERVIEU 

Alain 

X M. 

SENDER 

Laurent 

 FO-CFTC- 

M. 

DE ST VINCENT Didier 

M.  PITTIER 

Thierry 

 CGC 

Mme BAYS 

Jacqueline 

M.  OZENNE 

Michel 

 

 

 

 

 
 
 

REPRESENTANTS SYNDICAUX 

 

 

 

 

 

 

  C. F. D. T. M. 

ASTIER 

Jean-Claude 

 C. F. T. C. M. 

RIVIERE 

d'AULNAY 

Claude 

 C. G. C. M. 

GRAPINET 

Philippe 

 C. G. T Mme 

DELPONT 

Paulette 

 F. O. M. 

DONADEY  Michel 

 
 
 

 
 
 
 
 
 

070124_CE_INTRANET_.pdf-html.html

background image

 
ORDRE DU JOUR : 

 

1 –  Approbation des projets de procès-verbaux des réunions des 28 novembre et 
22 décembre 2006 

 

2 – Situation de l’établissement 

 

3 – Point sur les effectifs au 1

er

 janvier 2007 

 

4 – Compte rendu du CCE du 19 janvier 2007 

 

5 – Information et consultation sur la mise en place du CSO France pour les activités 
d’administration du personnel, de paie et de gestion des temps de travail 

 

6 – Personnel CE 

 

7 – Point sur les permanences entre Noël et le Jour de l’An 

 

8 – Questions diverses 

 

 

ANNEXES : 

 

Annexe I 

 

Point sur les effectifs au 1

er

 janvier 2007 

 

Annexe II 

 

Compte rendu du CCE du 19 janvier 2007 

 

Annexe III 

Projet de création du CSO 

 

 

 

 

 

070124_CE_INTRANET_.pdf-html.html

background image

 
Le Président ouvre la séance. 
 
 
1 – APPROBATION DES PROJETS DE PROCES-VERBAUX DES REUNIONS PLENIERES 
DES 28 NOVEMBRE ET 22 DECEMBRE 2006 
 
 
- Le Secrétaire 
 
Sur la convocation, nous n’avions porté que l’approbation du projet de procès-verbal du 28 novembre 
dernier. Toutefois, le procès-verbal du 22 décembre étant prêt dans l’intervalle, nous avons décidé 
d’ajouter ce point à l’ordre du jour. Nous avons prévenu, par mail, l’ensemble des élus, et avons mis ce 
document, pour relecture, dans leur boite aux lettres. Il aurait été effectivement dommage de reporter 
cette approbation d’un mois. 
 
 
Les projets de procès-verbaux sont approuvés à l’unanimité. 
 
 
 
2 - SITUATION DE L’ETABLISSEMENT 
 
 
- Le Président 
 
La préparation du lanceur L535 au BIL se déroule nominalement pour une livraison du lanceur Out Of 
BIL programmée le 5 février 2007. Toutefois, un retard du satellite INSAT 4B fait craindre un 
décalage de la date de lancement prévu le 28 février prochain. 
 
Nous avons réuni pour la première fois aux Mureaux les quelques vingt plus importants 
sous-contractants Ariane 5, représentés par leur Top Management, lors de la journée Ariane 5 
Suppliers’Day qui s’est tenue le 17 janvier dernier. M. AUQUE a introduit cette réunion qui a été 
présidée par MM. DUDOK et CHARMEAU avec des présentations assurées par MM. FREUCHET et 
GAVORY.  
 
M. AUQUE a dressé un aperçu de l’évolution de la nouvelle structure d’Astrium, des perspectives du 
marché commercial satellites dans les années à venir et de la concurrence face à Ariane 5, puis il a 
adressé un message fort sur l’implication attendue des sous contractants aux challenges à venir 
(préparation de PB et de la ministérielle de 2008). 
 
M. DUDOK a rappelé l’importance qu’on avait tous à œuvrer pour la satisfaction du Client On Time, 
On Cost, On Quality, ce qui a été repris et détaillé par MM. FREUCHET et GAVORY. Ils ont 
notamment dressé un bilan des lessons learnt sur PA après un an de livraison de lanceurs, tracé les 
grands axes d’amélioration pour PA, défini le périmètre de la consultation PB à venir et clarifié le 
moyen terme à travers la préparation de la conférence ministérielle de 2008. 
 
Des messages forts ont ainsi été adressés aux sous contractants. Il faut travailler mieux en anticipant 
davantage, travailler ensemble à l’amélioration de nos prestations pour PA, tout mettre en œuvre pour 
boucler le contrat PB en 2007 et préparer conjointement les décisions que nous voulons voir se faire 
prendre lors de la ministérielle de 2008. 
 
Ce jour se tient, aux Mureaux, un kick-off de la Commission de Qualification Lanceur A5 ES ATV. 
 
 
 
 

070124_CE_INTRANET_.pdf-html.html

background image

La préparation de PB se poursuit assidûment avec un objectif d’avoir tous les RFPs définis et prêts à 
être soumis en revue interne d’ici à 15 jours. 
 
Enfin, concernant la conférence ministérielle de 2008, la préparation se poursuit avec une implication 
interne de plus en plus grande et l’implication de plus en plus intense de nos principaux 
sous contractants. 
 
Dans le secteur composites, il convient de relever le démarrage attendu de W2A (1 DGR 1800) et W7 
(4 ULR) au premier trimestre 2007 pour AAS. 
 
Je vous propose de terminer par la défense. Le contrat M51-2 a été notifié par la DGA fin décembre 
2006. Nous avons également enregistré la notification du démonstrateur PHARE début 2007. Enfin, la 
tranche 2 du contrat M51-1 série a été notifiée en avance de phase. 
 
Nos enjeux majeurs pour 2007 sont : le vol 2 du M51, la notification de la tranche 4 du MCO du 
M51-1 ainsi que la première tranche du MCO M51, la qualification du missile M51, la transition 
série-développement, la réussite de la mise en place des équipes de projets M51-2 et PHARE qui sont 
des contrats où les délais sont tendus, la réussite du début de notre contrat OTAN sur la missile 
defence, la réussite de nos task orders sur ITER pour prétendre à des suites, la réalisation des travaux 
sur la base opérationnelle de Brest (avancement des bâtiments, voie ferrée, MQ2 et MR, contrat de 
rénovation des ponts roulants…). 
 
Je voulais juste vous dire un mot sur la restructuration du site et notamment sur le bâtiment 15 car 
c’est avec émotion que beaucoup ont vu tomber ce bâtiment. Nous avons pris grand soin de la plaque, 
dédiée aux morts pendant la guerre ASSN, qui était posée à l’intérieur. Celle-ci a été repositionnée 
presque au même endroit.  
 
Les travaux de restructuration du site se poursuivent. Des architectes oeuvrent notamment sur la 
définition des bâtiments polyvalent et d’études.  
 
Si vous n’avez pas de question, je vous propose de passer au point suivant. 
 
 
- M. RIVIERE D’AULNAY 
 
Nous vous avions demandé de nous faire un bilan sur les démonstrateurs. Pourriez-vous mettre ce 
point à l’ordre du jour de la prochaine réunion ? 
 
 
- Le Président 
 
Il faut regarder les choses d’un peu plus loin. Nous avons eu, en 2005, une conférence 
interministérielle pour laquelle nous avons sorti une bonne grappe de projets dans l’objectif de créer 
une adhésion sur certains. Ceci a été le cas pour le M51-2, le projet PHARE ou encore le projet OTAN 
sur le missile defence. Nous avons été plutôt heureux sur la partie militaire et un peu moins sur le civil. 
 
Nous sommes aujourd’hui dans une phase intermédiaire où nous tirons des leçons de ce qui a 
fonctionné ou pas. Nous avons travaillé sur de nouveaux projets en vue de la ministérielle de 2008 
mais il est encore un peu tôt pour en parler. Il faut que nous respections notre plan de communication 
interne et externe.  
 
 
 
 
 
Si nous faisons dès maintenant une information sur ces projets, cela risque d’être un peu vide 
techniquement et en avance sur notre stratégie de communication. Nous pouvons éventuellement faire 

070124_CE_INTRANET_.pdf-html.html

background image

un point sur la première série de projet mais vous êtes déjà au courant, notamment par le biais des 
flash-in, des projets qui ont abouti. Je ne vais donc pas vous apprendre grand-chose. 
 
Je suggère donc d’attendre que les projets soient arrivés à maturité et que soit venu le moment de 
communiquer là-dessus. Nous ferons alors venir M. FREUCHET. 
 
 
- M. RIVIERE D’AULNAY 
 
Il n’est pas toujours facile d’y voir clair. Ainsi, le projet de lancement rapide est-il, ou non, réussi ? 
 
 
- Le Président 
 
Il pourrait être intéressant de faire un point là-dessus. Je le note. 
 
 
- M. ASTIER 
 
Je souhaiterais vous interroger sur les composites. La notion de rationalisation des centres composites 
est aujourd’hui récurrente au sein de notre groupe. Avez-vous des éclaircissements à nous apporter sur 
la pérennité de cette activité aux Mureaux ? Vous n’êtes pas sans savoir que notre activité est très 
spécifique et ne ressemble pas à ce qui se fait dans le groupe. 
 
Il est probable qu’une rationalisation intervienne assez rapidement. Elle ne touchera peut-être dans un 
premier temps qu’Airbus mais nous craignons que cela ne s’étende à tout EADS. 
 
 
- Le Président 
 
Ce dossier est éternel. Je suis entré dans la société en 1998. J’ai pu participer à des analyses sur le 
secteur composites. Vu de haut, tous les composites se ressemblent mais la réalité est bien plus 
complexe. A chaque fois, la partie espace pointe du doigt le fait que les composites avions et espace 
n’ont rien à voir. Ceci se voit notamment sur les matières premières et parfois même sur les process… 
 
Il faut à chaque fois réexpliquer que la particularité des composites est une réalité et qu’il faut bien 
analyser chaque besoin (avion et spatial). Il faut refaire assez régulièrement cet exercice.  
 
Pour ce qui est des composites spatiaux, nous sommes parvenus à un équilibre intéressant avec les 
produits M51 et Sylda. Il faut absolument que nous préservions cela. Le dispositif SARA a permis de 
bien définir les périmètres industriels et les produits. Il faut maintenir cela. 
 
 
- M. ASTIER 
 
Il est très important de disposer de ce type d’arguments car nous nous retrouvons parfois en situation 
où il nous faut contredire de hauts directeurs sur certaines de leurs déclarations. Il est primordial que 
nous puissions avoir un avis technique sur ces sujets. En effet, il est marquant pour les hautes sphères 
d’entendre un même discours sortir de la bouche des techniciens et des représentants du personnel. 
 
 
 
 
 
- Le Président 
 
Nous pourrions faire intervenir sur le sujet M. DE LA BOURDONNAYE. 

070124_CE_INTRANET_.pdf-html.html

background image

 
 
- M. RUELLAN 
 
Pour quelles raisons a-t-on installé une clôture autour du bâtiment BM1 ? 
 
 
- Le Président 
 
Il s’agit simplement d’établir un périmètre de sécurité. Nous procèderons de même autour du bâtiment 
56. 
 
 
 
3 – POINT SUR LES EFFECTIFS AU 1

er

 JANVIER 2007 

 
 
- M. ROZAT 
 
Vous avez souhaité recommencer l’année sur les chiffres au 1

er

 janvier 2007 (voir annexes). Vous 

constaterez que par rapport à décembre, l’effectif a évolué de plus une personne.  
 
 
- Le Secrétaire 
 
Ceci va nous permettre de redémarrer l’année avec ces chiffres. 
 
 
 
4 – COMPTE RENDU DU CCE DU 19 JANVIER 2007 
 
 
- Le Secrétaire 
 
Je vais vous faire le compte rendu du CCE du 19 janvier dernier (voir annexe) et je laisserai la parole à 
M. DE SAINT VINCENT pour la partie formation. 
 
 
- M. de SAINT VINCENT 
 
Seules les orientations 2007 nous ont été présentées, lors de la commission formation du CE, alors que 
nous avions l’habitude d’avoir des orientations triennales. Cela a été corrigé en CCE. 
 
De même, la formation touche tous les domaines d’activités alors qu’en CE elle semblait réservée aux 
seuls hauts managers. La nécessité de maintenir la veille technologique a également été soulignée.  
 
Une autre modification touche la formation qui doit s’orienter autour d’un axe culturel et technique. 
Par culturel, on entend la diffusion de bonnes pratiques. Par technique, il s’agit de la valorisation et de 
la consolidation des spécialistes présents dans les différents secteurs. La commission a noté que la 
notion de spécialiste était quelque fois trop restrictive et qu’il s’agit de bon professionnel, voire d’un 
terme qui semble le plus adapté « référent technique ». 
 
 
En effet, une des caractéristiques de notre société est d’avoir des spécialistes « généralistes » puisque 
lorsque l’on fait de l’ingénierie il faut maîtriser un certain nombre de techniques générales à un niveau 
de spécialiste 
 

070124_CE_INTRANET_.pdf-html.html

background image

Nous avons déploré que des éléments sur la formation stratégique de différents secteurs d’activités 
(formation décentralisée) ne soient pas intégrés dans le document présenté. Par ailleurs, nous ne 
savons pas à quoi correspond la démarche « black belt » Or, il serait bon que l’on ait une définition 
claire de celle-ci et surtout que la démarche soit visible de tous les salariés. 
 
Concernant la problématique « made in Astrium or buy outside », nous avons demandé aux RH 
d’organiser des conférences dans différents domaines afin de découvrir les forces des uns et des autres 
sur le plan technique. Ceci permettrait à chacun de faire ses choix techniques en toute connaissance de 
cause. Il faut bien être conscient que si nous n’alimentons pas les competence centers, nous les 
fragilisons. Nous devons, à l’inverse, renforcer tous nos centres de compétences. Il faut bien avoir 
conscience de cela avant de faire des choix. 
 
Nous avons également discuté de l’intégration des nouveaux embauchés qui peut également concerner 
des salariés venant du groupe. L’importance de la transmission des compétences a notamment été 
évoquée. Nous avons demandé que les actions de tutorat soient plus reconnues. 
 
Sur les spécialistes, nous avons insisté sur la nécessité de valoriser les bons professionnels ou les 
référents techniques, même s’il s’agit de spécialistes généralistes. 
 
Nous avions insisté, lors d’une précédente réunion, sur le fait que la formation ne devait pas concerner 
les seuls hauts managers mais toutes les forces vives de l’entreprise. La commission était unanime sur 
toutes ces remarques et analyses. 
 
La commission a donné un avis positif sur ces orientations sous réserve que la direction s’engage à ce 
qu’une présentation sur les différents axes stratégiques soit faite lors de l’analyse du plan.  
 
 
- M. ROZAT 
 
Je vais vous projeter les planches présentées lors de la commission formation du CCE, telles que 
modifiées suite à cette réunion. Je pense que tous les membres de la commission disposent de ce 
document. 
 
 
- M. DE SAINT VINCENT 
 
Oui. 
 
 
- M. ROZAT 
 
La prochaine réunion concernera le plan de formation 2007. Je vous propose de ne pas nous appesantir 
sur le CSO car celui-ci a été porté à l’ordre du jour de notre réunion de ce jour. 
 
 
- Le Secrétaire 
 
Je souhaiterais tout de même intervenir sur le sujet car certains points méritent d’être explicités, 
notamment vis-à-vis des personnels concernés. 
 
 
 
12 personnes sont touchées par ce projet dont 4 aux Mureaux, 2 en Aquitaine, 4 à Toulouse et 2 à 
Vélizy. 
 

070124_CE_INTRANET_.pdf-html.html

background image

Aujourd’hui, il a également été décidé de récupérer des personnes détachées à HRTM pour venir 
renforcer le CSO. 16 personnes ont été identifiées et 12 seront retenues. Elles reviendront alors dans le 
giron EADS.  
 
Il nous a été précisé en CCE que toutes les situations particulières seraient prises en compte et que la 
société serait prête à assurer un accompagnement individuel au-delà des mesures conventionnelles qui 
existent dans ce cadre de changement d’établissement. 
 
Confirmation nous a été donnée que les personnes qui refuseraient de passer dans cette nouvelle entité 
se verraient proposer un reclassement sur le site mais vraisemblablement pas dans le milieu RH. 
 
Les personnes qui vont accepter de se rendre au CSO seront mutées administrativement au 
1

er

 février 2007 mais il semble que cette mutation pourrait être repoussée au mois de mars. Elles 

demeureront sur le site jusqu’à la fin de l’année et seront mutées physiquement au 1

er

 janvier 2008. 

 
Les personnes ayant refusé la mutation continueront leurs activités au sein du service paye pour le 
compte du CSO jusqu’au 1

er

 janvier 2008. Elles seront ensuite reclassées dans l’établissement. 

 
Le rapport humain qui existait auparavant va, du fait de la mise en place du CSO, disparaître. Il n’y 
aura plus personne dans l’établissement pour répondre aux sollicitations particulières des salariés 
concernant les payes. 
 
Je tenais également à souligner un autre point important. La paye fait partie de notre cœur de métiers et 
il nous a été indiqué qu’il n’était pas question de vendre cette activité. La remarque des élus était en 
effet de dire : existe-t-il un risque de céder cette activité à un secteur privé ? Il nous a bien été répondu 
qu’il n’était pas question de vendre l’activité. 
 
Amenés à se prononcer sur le CSO, les organisations syndicales ont émis deux avis défavorables 
(CFDT – CGT) et trois abstentions (CFE/CGC – CFTC – FO). 
 
Je ne souhaite pas m’étendre sur le SSD. Je me fais simplement, là encore, le rapporteur des élus. Vous 
nous avez présenté des planches comportant un certain nombre de détails qui ont appelé de 
nombreuses questions. S’est alors posé un gros problème puisque la personne venue nous commenter 
ces planches n’a pas été en mesure de répondre à nos interrogations. Ceci est très étonnant et 
inquiétant. Certes, il s’agissait d’une pré-information qui devait aboutir à une décision en avril 
prochain, mais quand même ! 
 
Vous semblez avoir défini un périmètre mais lorsque nous avons posé des questions sur ce sujet, nous 
n’avons pu obtenir de réponses. Ceci n’est pas normal. Reste à espérer que nous aurons d’autres 
approches plus constructives. 
 
 
- M. ROZAT 
 
En ce qui concerne le SSD, comme l’a expliqué M. SESQUES à l’occasion du CCE, il y a un process 
qui est suivi. Celui-ci consiste, dans un premier temps, en un dialogue jusqu’à validation du projet par 
le comité exécutif. S’entamera ensuite un processus d’information/consultation. 
 
L’information sera alors déclinée du niveau européen jusqu’au CCE des différentes filiales 
concernées.  
 
 
 
S’agissant d’un projet à l’échelle du groupe, un certain nombre d’étapes doivent être respectées, la 
première étant le comité d’entreprise européen EADS. Le dialogue se poursuit ensuite dans les comités 
de sous-groupe puis une information sera donnée en CCE et dans les entités nationales. Il y aura 

070124_CE_INTRANET_.pdf-html.html

background image

ensuite une pré-validation du projet par le comité exécutif . Une procédure d’information/consultation 
sera ensuite organisée dans les CE des filiales concernées.  
 
Nous sommes donc au tout début de la démarche. Lorsque le projet sera abouti, une présentation 
détaillée vous sera faite. 
 
Soyez assuré que nous avons bien noté votre remarques es-qualité de Secrétaire du CE et de membre 
du CCE. 
 
 
- Le Secrétaire 
 
Notre inquiétude est légitime lorsque l’on voit à quelle rapidité s’est décidée la mise en place du CSO. 
On parle pour le SSD de 850 collaborateurs. Il serait donc bon que nous ayons des documents nous 
apportant des renseignements fiables. Je pense que le périmètre a été défini même si vous ne répondez 
pas lorsque l’on vous interroge.  
 
 
- Le Président 
 
Il y a quelque chose d’antinomique entre avoir une information rapide et complète. Nous sommes dans 
une phase de pré-information. En conséquence, vous ne pouvez avoir quelque chose de très précis. 
 
Nous vous avons livré quelques informations générales et non quelque chose de détaillé. 
 
 
- Le Secrétaire 
 
Le projet CSO a été mis en œuvre très rapidement à partir du moment où nous avons eu l’information. 
Nous craignons que cela ne se reproduise pour le SSD. Or nous sommes aujourd’hui dans l’incapacité 
d’apprécier ce projet. Il faudra que nous ayons des éléments plus précis lorsque vous nous demanderez 
de nous prononcer sur le projet. 
 
Nous redoutons qu’entre le moment où vous nous livrez une pré-information et celui où vous nous 
consulterez le délai ne soit très court. 
 
 
- M. DE SAINT VINCENT 
 
Il nous a été dit qu’une décision serait prise en avril prochain. Nous sommes certes aujourd’hui dans 
une phase de pré-information mais ce qui nous a été présenté a suscité un certain nombre de questions 
auxquelles nous n’avons pas eu de réponse. 
 
Vous nous avez dit que vous alliez nous donner des éléments de réponse. Nous voulons pouvoir avoir 
l’occasion, avant que vous ne commettiez l’irréparable, de discuter. 
 
Vous sembliez disposer d’éléments qui paraissaient précis en termes d’enveloppe budgétaire et de 
nombre de personnels concernés. Cependant, quand nous avons essayé d’aller plus loin dans cette 
première approche, nous n’avons rien obtenu. Le peu d’éléments communiqué n’était pas d’une 
finesse folle.  
 
 
Pour le CSO, nous le redisons, tout s’est enchaîné très rapidement. 
 
Nous ne voulons pas être consultés sur quelque chose qui est déjà décidé. Il est important que vous 
notiez bien cela. 
 

070124_CE_INTRANET_.pdf-html.html

background image

Je voulais juste rajouter quelque chose sur la formation. Un vote a été demandé sur les orientations. 
Toutes les organisations syndicales ont émis un avis favorable sauf la CGT (avis défavorable). 
 
 
 
5 – INFORMATION ET CONSULTATION SUR LA MISE EN PLACE DU CSO FRANCE 
POUR LES ACTIVITES D’ADMINISTRATION DU PERSONNEL, DE PAIE ET DE 
GESTION DES TEMPS DE TRAVAIL 
 
 
- M. ROZAT 
 
Nous avons porté ce point à l’ordre du jour suite à la consultation du CCE EADS Astrium. Le 
processus a commencé en septembre 2005 en commission économique du comité européen EADS. Le 
projet présenté a fait l’objet d’une communication de planches. 
 
Nous sommes en présence d’un projet groupe mis en œuvre dans les différents pays où nous sommes 
implantés : France, Allemagne, Grande-Bretagne et Espagne.  
 
Il concerne la partie administration du personnel et représente un centre d’exploitation informatique 
mondial-plateforme de solution RH unique (SAP), une gestion globale des applications, un CSO par 
pays.  
 
L’objectif est de fournir à l’entreprise un centre de services partagés afin de faire baisser les coûts et 
assurer une prestation de qualité et, le cas échéant, de mutualiser le spectre de toutes les activités de 
paye, de gestion administrative, de gestion des temps, de retraite et de prévoyance.  
 
Le périmètre fonctionnel du CSO France représente près de 40 000 payes gérées par 84 salariés 
EADS. Il concerne les entités suivantes : Airbus France et Central Entity, Eurocopter, Defence & 
Security, HQ & CRC, Astrium (satellites, lanceurs et space services). Pour ces entités, tous les 
employés EADS, y compris le personnel navigant et les hors statut seraient concernés. 
 
Il est prévu que le CSO saisisse les données et que les filiales en assurent l’exploitation. Le CSO serait 
responsable de la fiabilité des données. 
 
Un certain nombre de leviers d’amélioration ont été identifiés : le regroupement des équipes 
permettant la mutualisation et favorisant ainsi la capitalisation des différentes expériences et expertise, 
le développement des outils permettant d’améliorer le service aux employés et de focaliser les activités 
des personnels du CSO sur des tâches à forte valeur ajoutée. L’idée est aussi de développer une 
expertise reconnue dans le CSO sur ses domaines d’activités, notamment sur la paye. 
 
La paye est d’ailleurs au cœur de nos métiers et nous y attachons une attention toute particulière. 
 
Quels sont les principes d’organisation du CSO ? Les CSOs font partie de l’organisation EADS 
HR/IO. Le CSO France serait, pour sa part, intégré à l’entité juridique EADS France en tant que 
département à part entière. Ceci se traduira par la création d’un troisième établissement à Toulouse 
(après Montmorency et Suresnes).  
 
 
 
 
L’implantation principale du CSO France serait située à Toulouse, l’objectif étant d’avoir, à terme, 
deux sites l’un en région parisienne à Suresnes et l’autre à Toulouse. Les relations entre les entités de 
groupe se passeraient de manière traditionnelle par le biais de conventions de services entre les filiales 
et EADS France, c’est-à-dire le CSO. 
 

070124_CE_INTRANET_.pdf-html.html

background image

A l’heure actuelle, l’activité est répartie sur six sites : Méaulte, Suresnes, Aix-en-Provence, Toulouse, 
Bordeaux et Nantes pour un total de 84 salariés placés sous la responsabilité de M. THORAVAL. 
 
On retrouve au sein du CSO trois principales missions : 
 
- les opérations dont le rôle est de fournir les services conformément aux engagements (qualité et 
coûts) et en accord avec les politiques EADS. Il y a là la plus grande partie du personnel qui assure les 
fonctions de gestion du personnel et de la paye, 
- le support/expertise qui a pour objet de développer l’expertise dans les domaines d’activités du CSO, 
- le service management qui assure l’adéquation permanente entre les besoins des Div/BU et le service 
fourni par le CSO. 
 
La mise en place du projet est prévue au 1

er

 mars 2007. Le cycle d’information/consultation s’achève. 

Des propositions de transfert vont être faites aux salariés concernés. Ils sont au nombre de quatre pour 
l’établissement des Mureaux dans les domaines d’activité de la paye et de la gestion administrative du 
personnel.  
 
Ils seront transférés au CSO dans le cadre de ce projet groupe. Un délai de réflexion leur sera bien 
évidemment octroyé. Le transfert administratif est comme je vous l’ai dit prévu au 1

er

 mars mais les 

personnels seront maintenus sur site jusqu’à la fin de l’année. L’objectif est de regrouper ces 
personnes à Suresnes. 
 
S’agissant d’un transfert au sein du groupe, l’ancienneté des personnels concernés est conservée ainsi 
que le classement dans la convention collective. 
 
 
- M. GRAPINET 
 
Vous voulez parler d’un transfert effectif à partir du 1

er

 mars 2007. Or dans les planches que vous nous 

présentez, il me semble bien avoir vu la date du 1

er

 avril 2007. 

 
 
- M. ROZAT 
 
Les avenants reprenant les conditions du transfert seront proposés aux personnels avant le 1

er

 mars 

2007 afin de leur laisser le temps de la réflexion.  
 
 
- M. GRAPINET 
 
Ils disposeront donc du mois de février pour répondre. 
 
 
- M. ROZAT 
 
Oui, sachant que la réflexion a déjà commencé de manière naturelle. 
 
 
 
 
 
- M. RIVIERE D’AULNAY 
 
Est-ce que le CSO, qui sera un prestataire de services, pourra travailler pour des entités du groupe qui 
ne seraient pas EADS ? 
 
 

070124_CE_INTRANET_.pdf-html.html

background image

- M. ROZAT 
 
Ce n’est pas envisagé car nous opérons sur SAP. Ce logiciel est celui utilisé par Airbus depuis 2005. 
Nous avons eu beaucoup de travail pour mettre en place ce logiciel. Nous sommes au sein d’EADS et 
ce service sera dédié à EADS. 
 
 
- M. RIVIERE D’AULNAY 
 
Et pour les entités dans lesquelles EADS n’a qu’une participation ? 
 
 
- M. ROZAT 
 
Vous pensez certainement à MBDA. Ils n’entrent pas dans le périmètre.  
 
Nous avons également des filiales EADS au niveau trans-national. Les filiales de ces filiales ne sont 
pas, non plus, comprises dans ce périmètre.  
 
 
- M. RIVIERE D’AULNAY 
 
C’est très différent car nous risquons de revivre ce que nous avons connu avec HRTM. 
 
 
- M. ROZAT 
 
Nous avons une organisation qui a une taille critique. 
 
 
- M. RUELLAN 
 
Le statut collectif EADS et les accords groupe sont applicables selon les sites. Des salariés ne risquent-
ils pas de voir certains de leurs avantages disparaître ? Je pense notamment à la prime d’ancienneté 
pour les cadres. Pouvez-vous nous assurer que la rémunération annuelle des salariés restera la même ? 
 
 
- M. ROZAT 
 
Oui. 
 
Je vous propose maintenant de passer aux déclarations des différentes organisations syndicales mais je 
souhaiterais auparavant vous présenter le nouveau bulletin de paye. Une notice explicative sera jointe 
au bulletin de février. Vous retrouverez la structure de nos anciens bulletins de paye. Vous constaterez 
que nous avons procédé à des regroupements par rubrique. 
 
 
 
 
- M. GRAPINET 
 
Qu’est-ce que « l’effort de construction EADS » ? 
 
 
- M. ROZAT 
 

070124_CE_INTRANET_.pdf-html.html

background image

Cela correspond au 1 % logement. Cette rubrique existait déjà auparavant mais vous n’y aviez 
peut-être pas prêté attention. 
 
 
- Mme DELPONT 
 
Tout comme l’avis exprimé en CCE, nous sommes défavorables à ce projet de par les conditions faites 
au personnel RH concerné. Nous craignons également la dégradation du service RH qui connaît depuis 
la disparition des antennes une lente érosion. 
 
En tant que représentant syndical, les personnels me posent de plus en plus de questions alors qu’ils se 
tournaient auparavant vers les antennes. Heureusement, nous bénéficions de prestations excellentes des 
quelques personnes qui restent. Je n’arrête d’ailleurs pas de les remercier personnellement. Nous 
sommes certains, qu’avec le CSO, le service va se dégrader. Ne pas avoir de personne en face de soi 
lorsque l’on a un problème, c’est terrible. Nous ne communiquons plus que par boites aux lettres 
électroniques interposées.  
 
Comment comptez-vous régler les problèmes qui peuvent se poser sur les payes ? Comment les 
salariés vont-ils pouvoir faire valoir leurs droits ? Des problèmes simples peuvent devenir compliqués 
quand on n’a pas d’interlocuteur en face de soi. Ce n’est pas la première fois que nous appuyons sur ce 
point. Si les salariés ont besoin d’un papier urgent, comment cela va-t-il fonctionner ? 
 
Ce ne sont pas les permanences, dont vous ne nous avez d’ailleurs pas donné la fréquence, qui nous 
permettront de résoudre ce problème. 
 
 
 
- M. ASTIER 
 
Nous n’avons pas fait de déclaration en CCE. Nous voterons contre ce projet. Je pourrais reprendre les 
arguments développés par Mme DELPONT et j’y ajouterai qu’il nous manque des précisions sur le 
devenir des personnels. Nous ne doutons pas que les directions locales soient prêtes à faire des efforts 
pour leurs salariés mais quelles seront les opportunités de nouveaux postes ? Quelles seront les 
conditions de retour des personnels qui auraient été affectés dans la nouvelle entité ? Nous n’avons pas 
eu de réponse sur ces points.  
 
Je pense qu’il s’agit d’un mauvais exemple pour le SSD. L’on s’est aperçu que les choses pouvaient 
aller vite, avec une bonne présentation sur le plan technique sans que l’on prenne suffisamment en 
compte l’aspect humain. 
 
 
- M. GRAPINET 
 
Je vais reprendre la déclaration Entente faite en CCE. 
 
 
 
 
 
Lors du CCE de décembre 2006, un rapide survol d’un pré-projet CSO nous a été présenté. Trois 
semaines plus tard, vous nous présentez un « projet » quasiment ficelé en terme d’organisation. En 
revanche, le traitement social, le devenir des salariés concernés n’est pas, à ce jour, concrètement 
abordé avec suffisamment de détails et aucune garantie n’est apportée. Ce manque, nous ne 
l’acceptons pas.  
 
Ce projet CSO est une mutualisation des fonctions « paye » et « gestion des temps ». Nous savons 
qu’ensuite, le regroupement nous fera passer de 5 sites à 2, à savoir Paris et Toulouse. Cette deuxième 

070124_CE_INTRANET_.pdf-html.html

background image

étape peut n’être qu’une étape intermédiaire avant une totale externalisation. Nous demandons 
l’engagement de la direction sur le fait qu’il n’y aura pas d’externalisation à terme. 
 
Nous pouvons aussi craindre que ce projet CSO ne soit la première étape d’un processus de 
mutualisation totale des fonctions « support ». En effet, nous allons rapidement aborder l’informatique, 
et nul ne doute également dans cette assemblée qu’un sort identique ne soit prévu pour les fonctions 
achats, R&D, qualité, « und so weiter »… 
 
Cette menace que tous les projets de mutualisation ne deviennent à terme des centralisations pour 
arriver in fine à des externalisations nous inquiète et nous demanderons de la même façon un 
engagement de la direction sur le fait qu’il n’y aura pas d’externalisation de ces activités. 
 
Pour ces raisons, l’Entente CFE/CGC, FO, CFTC émet un avis d’abstention sur le CSO. 
 
 
- M. ROZAT 
 
Je vous propose de passer au vote : 
 
- Avis défavorables : 

 

 

CFDT 

- Abstentions :   

 

 

Entente (CFE/CGC – CFTC – FO) 

- Le Président ne participe pas au vote 
 
 
6 – PERSONNEL CE 
 
 
- Le Secrétaire 
 
Comme je vous en ai informé lors de notre bureau élargi, nous pensons qu’il est judicieux de conserver 
parmi nous Melle BONNEFOY qui remplit très bien ses fonctions et présente l’avantage d’être 
polyvalente puisqu’elle a déjà travaillé dans les secteurs tourisme, culture/loisirs et mutuelle. 
 
Nous craignons également d’avoir à faire face à l’absence prolongée de l’un de nos personnels pour 
cause de maladie. 
 
Nous envisageons donc de proposer à Melle BONNEFOY un contrat en CDI. 
 
Nous souhaiterions avoir votre sentiment sur cette démarche, étant entendu qu’il y va du bon 
fonctionnement du CE et du maintien à un bon niveau de la prestation offerte aux salariés. 
 
 
- M. RUELLAN 
 
Melle BONNEFOY remplace actuellement une personne partie en retraite. Un poste reste donc malgré 
tout vide. 
 
 
- Le Secrétaire 
 
Nous réfléchissons sur la façon de nous réorganiser. Ceci sera plus difficile si nous comptons encore 
une personne de moins. 
 
Nous avons abordé ce sujet en bureau élargi et le sentiment des organisations syndicales était positif. 
Ceci permettra au CE de continuer ses activités dans de bonnes conditions et à cette jeune femme 
d’avoir un emploi fixe. 
 

070124_CE_INTRANET_.pdf-html.html

background image

 
- Mme DELPONT 
 
Nous n’étions pas en bureau élargi, mais nous sommes favorables à l’embauche de 
Melle BONNEFOY. 
 
 
- M. ROZAT 
 
Nous constatons donc un large consensus sur le sujet.  
 
Nous adressons toutes nos meilleures pensées à Joëlle DUPUIS et nous espérons que son état de santé 
s’améliorera prochainement. 
 
 
- Le Secrétaire 
 
Nous lui transmettrons.  
 
 
 
7 – POINT SUR LES PERMANENCES ENTRE NOEL ET LE JOUR DE L’AN 
 
 
- M. ROZAT 
 
23 personnes ont travaillé durant cette période dont 4 à l’informatique, 6 aux ressources humaines, 
6 aux moyens généraux, 3 à Brest, 1 à la comptabilité (pendant 1 journée) et 3 personnes à TE de 
manière plus limitée. La coupure électrique prévue à cette période a été reportée au 9 février 2007 en 
raison du projet de mise en place de SAP. 
 
 
 
8 – QUESTIONS DIVERSES 
 
 
Exposition arts plastiques 
 
 
- M. ROZAT 
 
Nous avons été très impressionnés par l’exposition arts plastiques de par la qualité des œuvres 
présentées. Nous sommes très heureux d’avoir pu partager ce moment avec vous. 
 
 
 
 
Plan de communication 2007 
 
 
- Le Président 
 
Nous travaillons en ce moment avec les ressources humaines et le service communication sur le plan 
de communication 2007. A ce titre, nous avons l’idée d’organiser un « Les Mureaux Tour » destiné 
aux personnels des autres établissements venant travailler sur le site. 
 

070124_CE_INTRANET_.pdf-html.html

background image

Nous souhaitons également mettre ceci en place dans les établissements d’Aquitaine et de Brême. 
Nous pensons effectivement qu’il est très important que les salariés aient connaissance de ce que font 
leurs collègues.  
 
Je vous invite, dans le cadre de vos activités CE, à avoir le même type de démarche. Il est important de 
bien travailler ensemble et d’avoir une ouverture sur le reste d’Astrium. 
 
 
Application de la loi anti-tabac 
 
 
- Le Président 
 
Vous avez certainement vu paraître un certain nombre de flash-in sur la mise en application de la loi 
anti-tabac. Deux volets ont ainsi été définis. 
 
Le premier concerne la mise en place d’abris fumeurs à l’extérieur des bâtiments. Compte tenu du fait 
que ces travaux seront pris sur le budget 2007 et que les sociétés sont actuellement surchargées, tout 
ceci ne pourra être mis en place au 1

er

 février 2007. Les emplacements de ces futurs abris ont été 

étudiés avec le CHSCT. 
 
Le second est réservé à ceux qui auraient besoin que l’établissement leur apporte un soutien pour 
arrêter ou diminuer leur consommation de cigarettes, nous mettons en place un plan d’aide, à 
l’identique de ce qui a été fait à Toulouse, côté satellites. Celui-ci consiste, pour les salariés, à disposer 
de conseils. 
 
Trois réunions seront ainsi organisées sur le site. Une participation financière symbolique sera 
demandée aux salariés souhaitant assister à ces conférences. 
 
Chacun est bien entendu libre d’adhérer à cette démarche. 
 
 
- M. RUELLAN 
 
Ceci inclut-il la fourniture de patch ? 
 
 
- Le Président 
 
Pas forcément. Je sais que l’état à prévu une aide financière pour les personnes souhaitant arrêter de 
fumer mais je n’en connais pas les modalités exactes. 
 
 
 
 
 
 
Le patch fera bien évidemment partie du panel de solutions que le sous-traitant va mettre à disposition 
des participants. Nous n’avons pas la volonté de faire en sorte que chacun arrête de fumer.  
 
Nous mettons simplement en place des abris et nous apportons un soutien à ceux qui souhaiteraient 
arrêter la cigarette.  
 
 
- M. ROZAT 
 
Globalement, dans la société, les fumeurs et les non fumeurs vivaient ensemble en bonne intelligence. 

070124_CE_INTRANET_.pdf-html.html

background image

 
 
Boost 08 
 
 
- M. DONADEY 
 
Monsieur CARAMELLE est venu il y a quelques mois nous parler de Boost 08. Il devait revenir pour 
nous dresser un bilan des actions entreprises. Ce point pourrait-il figurer à l’ordre du jour d’une 
prochaine réunion plénière ? 
 
 
Easy Travel 
 
 
- M. DONADEY 
 
Dans le même ordre d’idée, nous avions soulevé, dans le cadre de la présentation Easy Travel, un 
certain nombre d’interrogations restées sans réponse.  
 
 
- M. ROZAT 
 
Nous tâcherons de vous apporter toutes les informations sur le calendrier et les modalités d’application 
d’Easy Travel. Votre question principale concernait, me semble-t-il, la possibilité de mettre en une 
centrale de réservation pour les véhicules de location. 
 
 
- M. RUELLAN 
 
Nous avions également abordé le problème lié au fait que les salariés devaient donner leur numéro de 
carte bleue pour réserver les nuits d’hôtel, ce qui multiplie les risques d’utilisation frauduleuse de la 
celle-ci. Nous souhaiterions que cela puisse se faire sur un compte autre que leur compte personnel. 
 
 
- M. ROZAT 
 
Cette question a été évoquée en DP et nous reprendrons la réponse faite lors de cette réunion. 
 
Il n’est pas envisagé de donner aux salariés une carte accréditive sur le compte société. Le délai de 
remboursement, au regard du délai de débit très différé de la carte, permet aux salariés d’obtenir le 
remboursement de leurs frais de mission avant même que leur compte ne soit débité. Aucune carte ne 
sera délivrée sur le compte société. 
 
 
 
- M. RUELLAN 
 
Je ne pensais pas seulement au délai de remboursement mais à l’utilisation frauduleuse de la carte. 
 
 
 
 
 

         - o O o - 

 

070124_CE_INTRANET_.pdf-html.html

background image

 
 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 

Le Président remercie l’ensemble des participants 

 
 
 
 
 
 
 

La prochaine réunion plénière du Comité d'Établissement  

 

est fixée au Mercredi 28 Février 2007 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Le Président du CE 

 

 

 

 

 

Le Secrétaire du CE 

 
 
 
 
 
 

Rémi 

de 

BADTS 

       

Alain 

HERVIEU 

 
 

 
 
 
 
 
 
 
 

070124_CE_INTRANET_.pdf-html.html

background image

 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A N N E X E S